Lifestyle

Être adulte, n’est pas si simple

14 mai 2018
être adulte

Te souviens-tu de l’adulte que tu imaginais devenir étant petite ? Moi, je m’imaginais vivre aux États-Unis, mariée à Tom Welling (Clark Kent dans Smallville) et styliste pour les Destiny’s child. Du coup, on peut dire que les choses ne se sont pas passées comme prévu. Ce qui est sûr, c’est que je n’aurais jamais imaginé retourner vivre au domicile familial après seulement quelques mois passés dans mon propre appartement.

L’aventure avait pourtant bien commencé, à 26 ans j’avais un super boulot dans une boîte que j’adorais, des amis au top et une famille aimante. C’est donc tout naturellement que j’ai décidé de prendre mon envol en cherchant mon premier appartement. Seulement voilà, quelques temps après l’avoir trouvé, j’ai dû faire face à quelques difficultés d’ordre sentimentales puis professionnelles et enfin financières. Ayant généralement tendance à tout prévoir et à tout organiser, je me suis sentie impuissante face à tous ces changements en si peu de temps.

J’ai rapidement perdu pied et tout ce que j’aimais faire auparavant ne m’intéressait plus. Mon stress et mon angoisse ont pris le dessus, je sortais beaucoup moins, tous mes objectifs me semblaient inatteignables et j’ai fini par me renfermer sur moi-même. Le domicile familial est alors devenu ma cachette, l’endroit où je pouvais à nouveau respirer où la pression se faisait moins ressentir. Finalement un jour, ma mère m’a dit : “Je ne sais pas ce qu’il se passe et je sais que tu ne m’en parleras pas mais sache que cette chambre sera toujours la tienne. Revenir à la maison n’est pas un échec.” Après une bonne crise de larmes et plusieurs jours de réflexion, j’ai compris que ce retour était nécessaire.

Certains ont vu cela comme de la lâcheté ou comme un échec mais je m’en moquais, l’essentiel était que j’arrivais à nouveau à respirer et à dormir. Cela n’a pas été une décision facile à prendre parce que lorsque l’on va mal, on a toujours l’espoir que les choses s’arrangent toutes seules. J’avais envie de me battre mais la peur de m’enfoncer dans la dépression fût plus forte que les “qu’en dira-t-on?”. Je refuse de me sentir honteuse d’être retourné auprès de ma famille afin de préserver une quelconque image. A mes yeux il n’y a rien de plus cool qu’une personne qui se sent bien et qui s’assume. #Noshame

J’ai écrit cet article il y a maintenant 1 an et je ne regrette toujours pas d’avoir pris cette décision. Le chemin n’a pas toujours été facile mais je ne me suis jamais senti si bien. J’ai à présent déménagé de chez mes parents, pour partir à la conquête de Londres, cette ville que j’aime tant. Mon conseil est que si vous sentez que vous perdez le contrôle de votre vie ou que que la pression autour de vous se fait trop ressentir, parlez en à quelqu’un : une amie, un amoureux ou un professionnel. Ne vous laissez surtout pas piéger dans le tourbillon de la dépression car on s’y sent très seul. Être adulte n’est pas si simple mais à plusieurs, c’est déjà mieux.

être adulte

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply Clotilde 15 mai 2018 at 14 h 53 min

    Je te comprend, j’ai vécu la même chose il y a quelques années où je suis retournée chez mes parents. Et c’est vrai que c’est rassurant, si on en a besoin il faut le faire.
    Le principal c’est de s’en sortir moralement, comme tu l’a fait 🙂

    • Reply Rime stephanie 16 mai 2018 at 10 h 26 min

      Merci pour cet article plein de vérité. et bravo d’avoir osé. C’est ce que j’aime trouver dans les blog, l’authenticité chez une personne, avec des vraie morceaux de vie dedans, qui nous fais nous rappeler qu’on est pas seul à passer par ce genre de moment, et qu’il y a une vie après.

    • Reply christina 16 mai 2018 at 10 h 58 min

      Exactement ! Je ne regrette pas l’avoir fait car l’essentiel est de se sentir bien 🙂

  • Reply Emeline 15 mai 2018 at 18 h 10 min

    Oui vraiment Les personnes qui parlent et donc se font aider oublient tellement le courage que cela demande Je suis contente que tu en sois fiere car tu peux l’être Bravo Et quel support projet Londres ! Trop envie d’en savoir plus… 😉

    • Reply christina 16 mai 2018 at 10 h 55 min

      Merci beaucoup pour ce petit message ! Dès que je suis bien installée, je vous raconterai tout, c’est promis 😉

  • Reply Le cercle parfait 17 mai 2018 at 0 h 42 min

    Sans mes parents, je vivrais dans la rue actuellement.
    J’ai dû retourner chez eux parce que je venais de vivre quelque chose de traumatisant et que je n’arrivais plus à « vivre » .
    En tout cas, tu as raison, il ne faut pas avoir honte de retourner chez ses parents. Pourtant j’ai vécu 5 ans seule ^^.
    Heureusement qu’ils sont là et qu’ils nous jugent pas. Vive nos parents <3

  • Leave a Reply